Un peu de tout et de tout un peu

Un peu de tout et de tout un peu

L'art contemporain et moi (récit d'une visite au Mudam)

Dans l'Assomoir, Zola, racontant la visite oh combien mémorable, du Louvre par les invités de la noce de Gervaise et Coupeau, écrit  "Des siècles d'art passaient devant leur ignorance ahurie". A vrai dire, j'ai fait preuve aussi d' une ignorance ahurie en visitant un musée, voici quelques années. Il s'agissait du MUDAM (le musée d'art moderne de la ville de Luxembourg). 

En entrant dans le musée, je suis intriguée par la présence de maisonnettes aux couleurs vives, ces couleurs que l'on utilise justement pour les jeux des enfants en bas âge. La matière de ces petites cabanes évoquait aussi les matières plastiques ou les pâtes à modeler pour classes de maternelles. "Tu as vu, dis-je alors à mon mari, ils ont créé un coin pour les enfants !" Cette réflexion a fait se retourner sur moi les quelques personnes qui circulaient autour des dites maisonnettes et mon mari me montre alors en riant sur le feuillet que nous avions reçu à                                                      l l'entrée qu'il s'agissait de sculptures ! Rouge de confusion, je quitte le hall pour passer dans une salle voisine, où l'on pouvait admirer des collages ... franchement, ils ne me donnent pas envie de m'attarder. Nous continuons donc notre visite. En entrant dans une salle, je fais remarquer à mon mari des morceaux de verres éparpillés au pied du mur sur la moquette ... "On aurait pu faire le ménage !"  Soupir amusé de mon mari : "Ces débris de verre,  me dit-il,  font partie de l'oeuvre exposée au mur, intitulée "L'enseigne cassée"" Effectivement, sur le mur on peut admirer une enseigne au néon cassée !  Nous éclatons de rire ! Il est heureux que je ne sois pas la technicienne de surface du musée car j'aurais sûrement balayé le verre éparpillé ...  Dans la pièce suivante, les murs sont nus ... car en fait l'oeuvre est posée à même le sol : le visiteur circule au milieu d'une installation de boules de verre illuminées... je trouve l'effet assez joli. Nous poursuivons notre visite et entrons dans une petite pièce plongée dans la pénombre dans laquelle un projecteur à  diapositives projette en boucle sur un mur des figures lumineuses géométriques blanches : rond, carré, triangle, losange  et dans un coin une pile de coussins. Je me pose encore toujours la question de savoir si ces coussins pouvaient servir  aux visiteurs qui voudraient contempler la projection ou s'ils faisaient partie intégrante de l'oeuvre d'art ? J'ai eu envie de m'y asseoir pour voir si un gardien allait surgir pour m'expulser ... je n'ai pas osé. Peut-être d'ailleurs que si je m'y étais assise, d'autres visiteurs auraient pu me prendre moi-même pour une oeuvre d'art, comme cela arrive à la femme d'Alberto Sordi dans le film italien Le vacanze intelligente pendant qu'ils visitent la Biennale de Venise (l'épouse en visite ayant mal au pied s'est assise sur une chaise et les visiteurs ont cru qu'elle faisait partie de l'installation ... si vous ne connaissez pas ce film, allez voir la scène sur youtube, même sans traduction cette visite de la foire d'art contemporain est une pièce d'anthologie). Pour en revenir au Mudam, une pièce qui vaut le détour c'est sûrement la bibliothèque et boutique du musée avec ses décorations en bois. Et la cafetaria est très cosy et confortable ... Mais in fine la plus belle oeuvre de ce musée c'est le bâtiment qui mériterait d'être utilisé pour exposer d'autres choses que du n'importe quoi !

Bon, vous l'aurez compris, en matière d'art contemporain je suis vraiment aussi une ignare ahurie ! Et que les amateurs d'art contemporain me pardonnent !

 

 


28/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres