Un peu de tout et de tout un peu

Un peu de tout et de tout un peu

La musique et la mort

En décembre, la revue allemande Deutsche Medizinische Wochenschrift a publié un article en hommage aux victimes de la scène. Aux Pays Bas, au cours des festivités pour le 35e anniversaire de l'orchestre symphonique de Leuwaerden, son fondateur, Geraard van de Weert dirige un des morceaux préférés de leur répertoire, la Moulinet-Polka lorsqu'il s'écroule subitement. Il décède quelques heures après d'un infarctus. Le cas n'est pas exceptionnel, l'auteur évoque un autre épisode survenu à Berlin en 2001, le chef d'orchestre Sinopoli meurt d'un infarctus pendant qu'il dirige Aïda. C'était la première oeuvre que Sinopoli avait dirigée 20 ans plus tôt en 1981 et il l'avait choisie pour son retour à Berlin. Ce fut la première et la dernière oeuvre qu'il dirigea. Aussi funeste, Tristan et Iseut de Wagner dont les accords ont été les derniers entendus par les directeurs d'orchestre Felix Motti et Joseph Keilberth, décédés tous deux au même endroit de la partition. Pas plus de chance pour le premier interprète de Tristan, Ludwig Schorr mort à 29 ans peu après la première à Munich. L'article rappelle aussi le décès du baryton Leonard Warren, qui réussit à terminer l'air "Morir, tremenda cosa" en 1960 au Metropolitan de New York. De même le ténor Aroldo Lindi (nom de scène de Harold Lindau) est décédé au cours de l'exécution des Pagliacci de Leoncavallo à San Francisco en 1944. L'action de la musique sur le système cardiovasculaire peut s'expliquer par les changements des paramètres cardiovasculaires par le volume trop élevé ou un rythme trop rapide. Mais les données manquent pour tirer des conclusions. L'auteur souligne cependant que ces événements surviennent au cours de moments d'une charge émotionnelle intense comme ceux vécus sur les scènes des opéras. El. M (publié dans la newslettre La lettre du médecin en janvier 2013)
Source : Paul M. Der Tod des Dirigenten - kardiovaskuläre Todesfälle auf Orchesterpodium und Opernbühne. Dtsch med Wochenschr 2012; 137: 2712-4. 
 
 
 
 


09/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres